un peu d'histoire....

 

 

" Lydney Dog), env 450 a.JC.

Des très vieil os trouvé en Angleterre et Irlande prouvent

l’existence de chiens d’un type lévrier, même avant

l’arrivée des tribus celtiques. La plus vieille découverte était un crâne du Néopleïstocène (env. 8000-7000 a. JC) trouvé en Gaule.En 1840 on a déterré des cranes et des squelettes de l’âge néolithique à Dunshaughlin, près de Dublin. La taille de ces chiens était probablement d’env. 75 cm au garrot, considéré les relations crâne/corps. Dans le sud de l’île on trouvait plus de ces vestiges qu’ailleurs. Il est très probable que les premiers colons osant de venir sur cette île déserte ont apporté leurs chiens pour la chasse et pour se protéger.

Pendant les temps des migrations des peuples, les Gaëls, probablement issus des peuples indo-européens en passant à travers l ‘Europe et l’Asie mineur, arrivent finalement en Irlande par vagues successives à partir d’env. 1650 av.JC., d’abord les Goïdels, puis les Pictes au 8ème siècle, et les Brithons au 5ème siècle  av. J.C. Ils étaient accompagnés de très grands chiens servant pour la chasse et la guerre.

Très probablement ces chiens étaient croisés avec les grands chiens indigènes, ce qui résultait en l’archétype de l’Irish Wolfhound, Mil-Cu.

                   

manchon d'un chaudron celte

Ces chiens furent tenus en grande vénération et étaient

placés haut dans la hiérarchie, peu inférieur à l’homme seulement. Pour un bon chien on payait un prix de troupeaux

de bétail et on lui attribuait une intelligence presque humaine,

et des punitions très sévères attendaient celui qui osait de blesser ou pire tuer un chien pareil.

       

Détails du fameux tapis de Bayeux (env. 1080),

qui raconte l'histoire de la conquête d'angleterre par Guillaume le Conquereur, Duc de Normandie

Du livre"Les Chiens de Chasse" de

Gaston Phoebus,

Comte de Foix 15ème

Au  moyen age avancé il était présent partout au cours

des rois et princes, lesquelles se faisait présents de ces

chiens comme liens d'amitié. Ils ne vivaient pas aux écuries comme les autres chiens de chasse, mais avec leur maître

dans les salles et chambres résidentielles, jusqu’à dormir

dans son lit  pour le réchauffer.

Le roi Jean I d'Angleterre avait emmené des Wolfhounds d'Irlande quand il fût viceroi d'Irlande pour son père le

roi Henri II. Quand sa fille Jeanne marriait le Prince Llewellyn

de Galles, il donna comme cadeau à son gendre le fameux Wolfhound Gelert.

On sait que le roi Richard III d'Angleterre avait un Wolfhound

qui l'accompagna partout.

 

L'empereur Charles V. (Tizian/Seisenegger)

      

Sir Thomas Wentworth,

Earl of Stafford 1620

Sir Neill O'Neill 1680

 

A partir de la Renaissance jusqu’au 18ème siècle la race connaîtra une grande faveur puis déclinera en raison d’une part de la disparition du grand élan d’Irlande puis celle des loups. L’appauvrissement du pays et le déclin de la noblesse, la «Gentry» irlandaise par la politique de Cromwell faisaient le reste.

 

Hamilton Archibald Rowan

A.H. Rowan’s „Oisian“ fut le modèle pour la fameuse

peinture de Reinagle

 

Seulement quelques familles anciennes et Chefs de Clan, malgré les circonstances adverses, ont réussit de tenir leurs Irish Wolfhounds. Ces lignées furent la base dont nos Irish Wolfhounds sont issus.

L’un de ces Irish Gentlemen était M Hamilton Rowan. Il vivait avec des Irish Wolfhounds pour plus que 40 ans. Ses lignes d’élevage vont en arrière jusqu'à Oisin, le Wolfhound qui fut le sujet immortalisé par Reinagle dans sa peinture de 1800.

Après la mort de M Rowan, M Carter de Loughlinstown House à Bray continue la ligne.

H.D. Richardson, Mr. A.W. Baker de Ballytobin Castle et Sir John Power of Kilfane tenaient des Irish Wolfhounds de cette ligne et élevaient quelques chiens seulement.

Mais la consanguinité en élevage avec si peu de chiens avait causé une perte de taille.

 

 

 

Le Capitaine G.A. Graham

L’Irish Wolfhound était sur le point de disparaître quand un cynologue passionné, le Capitaine G.A. Graham, et un groupe de ses amis entreprirent à partir de 1859 le sauvetage de cette noble et ancienne race en recueillant par mis les derniers sujets et en pratiquant des croisements judicieux en particulier avec son cousin, le Scottish Deerhound ( se ressemblant  dans le temps beaucoup plus que maintenant).

 

Ceux de Glengarry, sujets particulièrement grand pour l’époque, apportaient de l’appui  au type et à la taille. Vers 1880 la race était sauvée et l’Irish Wolfhound avait retrouvé pratiquement toute sa magnificence. Espérons que la race sera préservée tel par des éleveurs concencieux, malgré les tendances de la mode.

  Glengarry Deerhound                      IW env 1820